Hébergement en troglodyte à Toujane
En quittant Toujane, on a qu'une seule envie : y revenir :)

Bonjour à tous !
 
De Toussaint à Pâques, c’est la période idéale pour découvrir le Sud Tunisien. Au départ de Tunis, de Djerba ou de Paris, un séjour dans le sud tunisien permet de tout oublier pendant quelques jours. Et quoi de mieux qu’une escale à Toujane, pour découvrir la vie authentique et traditionnelle de ce village berbère?

Béchir et ses chambres troglodytes vous attendent pour partager avec vous son amour du pays, ses montagnes et ses produits du terroir.

 

Accès

Précision : nous parlons bien de Toujane, village berbère, et non de Dkhilet Toujane, la nouvelle ville située en plaine, construite ces dernières décennies.

Pour venir à Toujane, préférez la voiture de location. Pour le routard aguérri, des solutions existent en prenant des louages locaux, mais anticipez bien vos déplacements.

  • Depuis Douz, Matmata : rejoignez Matmata l’ancienne, puis prenez la direction de Medenine, Toujane, au sud-est. Poursuivez pendant 15 kilomètres environ sur cette magnifique route de montagne.
  • Depuis Gabès : prenez la route via Matmata décrite ci-dessus, ou alors prenez la route de la Libye, traversez Mareth puis prenez à droite direction Tounine, puis Toujane. Attention, petites routes !
  • Depuis Djerba, Medenine, Tataouine : sortez de Médenine. A Métameur, prenez sur la gauche direction Dkhilet Toujane, puis Toujane.
  • Depuis Ghomrassen, Beni Khedache, Ksar Hallouf : depuis Ksar Hallouf, redescendez dans la plaine. A Beharya, une nouvelle route sur la gauche permet de rejoindre rapidement Dkhilet Toujane puis Toujane.

Une fois à Toujane, il sera facile de retrouver la maison d’hôte de Béchir. Il s’agit de la Trogl’Auberge. Elle se situe sur le bord de la route, du côté de la plaine. Une petite boutique avec tapis et figues séchées est bien visible. Juste en contrebas, un parking a été aménagé.

Stop, vous êtes arrivés !

 

Toujane

Histoire

Toujane, c’est l’histoire d’un village berbère unique. A l’origine, un ksar (château), construit au sommet de la falaise. Il s’agit d’un grenier permettant le stockage et la protection des produits des habitants de la région. Il existe de nombreux ksours dans la région, notamment aux alentours de Tataouine et Ghomrassen. En pierre dorée, le ksar est parfaitement camouflé dans le massif. Petit à petit, les berbères se sont sédentarisés autour du ksar, formant le village de Toujane.

Installé à flanc de montagne, le village est relativement abrité du soleil de l’après-midi. Mais il n’est pas du tout abrité des chutes de pierre : c’est notamment pour cette raison que les habitants ont creusé dans le pierrier pour installer des espaces troglodytes.

Le climat est difficile dans la région. Le massif du Dahar est très sec. Très peu de pluies arrosent le secteur, on peut dire que la sécheresse est ici quasi permanente. Mais quand il y a un orage, ça ne rigole pas ! Du coup, les oueds sont d’une dimension impressionnante ! Les pluies, rares, peuvent être dévastatrices. C’est suite à de grosses crues il y a plusieurs décennies que le village est presque tombé à l’abandon. Dkhilet Toujane (Toujane Nouvelle) a alors été construite dans la plaine, dans un environnement plus accueillant.

Un oued proche de Toujane, traversé durant une rando dans le massif

Vers 2006-2008, les autorités ont entrepris des travaux et la piste menant à Toujane a été goudronnée. Ces travaux ont permis de désenclaver le village, en facilitant notamment le transit des touristes allant vers le désert.

En 2012, l’eau courante est enfin installée ! Une révolution pour les familles qui habitaient toujours Toujane. Depuis, le village se repeuple petit à petit. Le nombre de maisons blanches, recouvertes de chaux, réaugmente à nouveau.

Authenticité de vie

Toujane, c’est un autre monde ! Fini le stress, la vie à 100 à l’heure. Ici, c’est le soleil qui fait la loi.

Levez-vous pour admirer le lever de soleil sur la plaine de Médenine. Les rayons solaires réchauffent petit à petit l’atmosphère, les pierres des maisons prennent une teinte dorée, créant de multiples jeux d’ombre d’une maison à l’autre. Le village commence alors à s’éveiller : d’abord les coqs, les ânes, et les ouvriers qui descendent à la plaine en Peugeot 103 ou 404, puis ce sont les écoliers qui se dirigent vers l’école, sur le versant d’en face.

Le soir, c’est l’inverse. Les teintes sont de nouveau dorées à rousses. Les bergers rentrent les troupeaux, les écoliers jouent encore un peu avant de commencer les devoirs. Au loin, les minarets de Tounine et Mareth annoncent le coucher du soleil : il est temps de rentrer pour préparer les repas.

Toujane, après un automne très pluvieux (vue depuis la chambre troglodyte)

Toujane est un village produisant beaucoup de produits d’artisanat. La spécialité est le kilim, un tapis tissé aux teintes rouges et aux motifs traditionnels. Les kilims de Toujane sont réputés dans toute la Tunisie. Il s’agit d’une partie importante de l’économie locale. L’autre spécialité est la figue séchée, sous différentes formes (collier ou écrasée (Chriha) par exemple).

Séchage de figues en collier

Mais Toujane est avant tout un village de partage. Ici, les habitants sont heureux de vous faire découvrir leur village et leurs traditions. On se sent rapidement chez soi. Au fil des discussions, on comprend les difficultés liées à l’environnement, à la sécheresse et au manque de développement. Mais le partage et la générosité sont plus fort et créent rapidement un sentiment d’attachement à Toujane et ses habitants.

Perspectives

La création de la route il y a 10 ans ainsi que l’arrivée de l’eau courante il y a 5 ans ont permis de fixer les dernières familles et d’éviter la ruine de Toujane. La tourisme a pu se développer, dans les années 2010. Quelques bus de touristes venant de Djerba et allant vers Douz s’arrêtaient bien quelques minutes, mais n’apportaient rien d’intéressant. Heureusement, Toujane a su développer l’éco-tourisme, pour passionnés et connaisseurs. Plusieurs maisons d’hôtes ont été ouvertes, permettant de valoriser des emplois locaux et l’artisanat local.

Malheureusement, depuis les attentats sanglants du Bardo et de Sousse, la présence de voyageurs a fortement baissé, replongeant Toujane dans le calme. Espérons que ce ne soit qu’une pause dans le développement du secteur. Au moins une bonne nouvelle : vous êtes attendus à Toujane et serez encore mieux accueillis !
 

Chez Béchir

J’ai rencontré Béchir pour la première fois en 2008. Depuis, j’y retourne régulièrement, il est devenu un ami. Sachez qu’il y a deux ou trois autres solutions d’hébergement en troglodyte à Toujane ou dans les villages voisins.

Les chambres troglodytes

Les chambres troglodytes de Béchir se situent un peu au-dessus du village. On y accède uniquement à pied, par une piste horizontale de 200 mètres ou un sentier plus pentu de 50 mètres. Cette distance avec la route crée un calme presque total. Par contre, prévoyez une lumière pour le soir.

La cour

Béchir a réaménagé une ancienne étable. Passé le portillon, on se trouve dans une petite cour intérieure recouverte d’un immense jasmin. 3 chambres s’ouvrent dans la montagne, avec 3 à 4 lits chacune. L’intérieur est blanc, lumineux, et doux. C’est tout l’intérêt des troglodytes : la température ne bouge quasiment pas tout au long de l’année, doux l’été et doux l’hiver !

Une des chambres troglodytes

Désormais, l’eau courante permet la présence d’une douche et de toilettes, sur le côté de la cour. C’est un peu sommaire, mais largement suffisant quand on connait les difficultés pour acheminer l’eau au village.

Sur le côté de la cour, un escalier a été aménagé et mène à un balcon situé au-dessus des chambres. D’ici, un panorama à 180° s’offre à nous. Réveillez-vous pour le lever de soleil : les lumières sont merveilleuses et le jasmin dégage un parfum envoûtant ! Pour ne pas le rater, mettez un réveil : il fait nuit noire dans la chambre, ne comptez pas sur la lumière du jour 😉

Les repas en famille

Le repas du soir se passe dans la maison de Béchir, en contrebas. Madame prépare et sert les assiettes pendant que Béchir vous racontera l’histoire du village, ses difficultés, ses espoirs. Un moment riche, que ça soit gastronomiquement (c’est toujours un régal !) et culturellement. Béchir aime sa région et vous fait aimer sa région. Pendant le thé, peut-être qu’un des enfants viendra vous demander de l’aider sur les devoirs? Ou alors tenterez-vous de comprendre la confection du kilim?

Métier à tisser le kilim

Le petit déjeuner se passe à l’arrière de l’espace boutique. Une immense terrasse couverte, ouverte sur tout le village, permet de commencer la journée en douceur avec un magnifique panorama. N’oubliez pas les lunettes de soleil! Thé-café, un peu de miel maison, des figues, idéal pour une bonne marche ou quelques heures de voiture.

Vue depuis le petit déj !

La boutique

Je parlais de la boutique juste au dessus. En effet, Béchir revend des produits locaux à ses hôtes : kilims et margoums principalement, mais également des figues séchées, des dattes ou de l’huile d’olive en fonction des saisons et des récoltes.
Les tapis de Toujane sont réputés dans toute la Tunisie pour leurs couleurs et leurs motifs. Ils sont bien entendu faits à la main dans la région. Acheter un tapis ici, c’est faire tourner directement l’économie locale et c’est permettre la préservation de tout un savoir-faire artisanal.
 

A faire dans la région :

  • Le désert : direction Ksar Guilane (env 2h30) pour une immersion dans les dunes,
  • Les ksours : direction le sud en prenant la route des ksours (Ghomrassen, Tataouine, Ksar Ouled Soltane…),
  • Des randos : Béchir peut facilement vous organiser des randos dans le massif. D’ailleurs, mes copains de l’ATR (Association Tunisienne des Randonneurs) y vont régulièrement et ont participé à la création de circuits dans la région,
  • De l’histoire : ici s’est joué une grande page de la seconde guerre mondiale. Un musée raconte cette histoire à Mareth.
  • Rien : car le repos est aussi une activité très prenante !

 

Contacts

Béchir Hasnaoui : (00 216) 98 663 482
Ah le prix ! 40 dinars par personne, avec le repas du soir, la nuit et petit déjeuner.
 
 
Merci Eric pour les photos de cet automne 2017, tellement pluvieux que jamais Toujane n’a été aussi vert.
Bonne découverte !
 
 
[retourecotourisme]
 

En quittant Toujane, on a qu’une seule envie : y revenir 🙂

Julien

Créateur et administrateur de ce site, j'en suis logiquement le principal rédacteur. Expatrié durant 2 ans sur Tunis (2008-2010), j'ai eu l'occasion de parcourir en long et en large ce magnifique pays. J'y retourne régulièrement pour y retrouver amis et anciens collègues. J'en profite également pour continuer à découvrir de nouveaux sites. Et il reste encore tellement à faire ...

Laisser un commentaire