Destination-Tunis
Votre guide gratuit, pour découvrir pour de bon la Vraie Tunisie !

Bonjour à tous !
 

Après Carthage, Dougga, Thuburbo Majus, il est temps de rendre visite à l’un des sites archéologiques emblématiques de Tunisie. Prenons donc la direction de El Jem, pour y découvrir son immense colisée.

Le coliséee d’El Jem est tout simplement le 3ème plus grand amphithéâtre du monde romain après ceux de Rome et Capoue, et peut-être le mieux conservé. En effet sa visite émerveille par son architecture et par le génie développé pour sa construction. Le site est logiquement classé au Patrimoine Mondial de l’UNESCO depuis 1979.

 

Pour venir à El Jem

En voiture

El Jem se situe entre Sousse et Sfax, à proximité de l’autoroute A1. Une sortie d’autoroute se trouve à 3km; elle est indiquée. Il faut environ 2h 30 de route depuis Tunis, 1h 30 depuis Hammamet, 1h depuis Kairouan, Sousse, Monastir, Mahdia et Sfax.
Une fois à El Jem, c’est facile : roulez en direction du colisée. Vous ne pouvez pas le manquer car il est en plein centre de la ville.
 

En louage

Toutes les grandes villes desservent El Jem, avec des départs réguliers. A Tunis, le départ se fait à la station de Moncef Bey, prévoyez 2h 30 environ. La gare de louage d’El Jem se situe à 500 mètres environ de l’amphithéâtre.
En sortant de la gare, prenez la rue sur la gauche. N’hésitez pas à demander. Dans tous les cas, vous verrez rapidement le monument 😉
 

En train

Vous pouvez enfin venir à El Jem en train, notamment en partant de Tunis, Hammamet, Sousse ou Sfax. Il faut compter 3h max depuis Tunis, 1h depuis Sousse et Sfax. Ainsi, il est possible de faire l’aller-retour dans la journée (il faut tout de même partir tôt de Tunis).
A la gare d’El Jem, vous verrez immédiatement l’amphithéâtre, à 400 mètres environ.
 

Les monuments

Deux sites doivent être visités à El Jem : le colisée bien sûr ainsi que le musée. S’il vous reste un peu de temps, un amphithéâtre plus ancien et peu dégagé se trouve juste à côté du musée.

Direction, donc, l’amphithéâtre. L’entrée est située au sud, du côté ensoleillé. Il s’agit d’une place concentrique, ouverte autour de l’entrée. Quelques boutiques et restaurants sont installés ici. L’entrée justement se trouve légèrement en contrebas : la différence d’altitude correspond aux constructions urbaines réalisées depuis 2000 ans.

La construction du colisée s’est déroulée durant le 3ème siècle après JC, la ville s’appelait alors Thysdrus. A l’époque, Thysdrus possédait déjà 2 amphithéâtres, certes moins aboutis et moins imposants que le dernier né. Mais pourquoi cette région reculée de l’Empire Romain disposait-elle d’un si vaste amphithéâtre? Tout simplement parce la région de Thysdrus connaissait un développement économique important, porté par une forte production d’huile d’olive. Vous l’avez sans doute remarqué en arrivant : la production oléicole est toujours dominante dans la région.

 

Quelques chiffres sur le colisée

L'entrée du Colisée d'El Jem
L’entrée du Colisée

Dès l’entrée, le visiteur est happé par la taille du monument. Rendez-vous compte : 148 mètres de longueur, 124 mètres de largeur, 36 mètre de hauteur ! Il pouvait accueillir 36 000 visiteurs. A titre de comparaison, le colisée de Rome disposait de 45 000 places, mais Rome était la capitale de l’Empire !

Contrairement à d’autres amphithéâtres dont la construction est semi-enterrée (c’est plus facile de creuser le sol que d’ériger de hauts murs (exemple : l’amphithéâtre d’Oudhna)), l’amphithéâtre d’El Jem a été construit directement au niveau du sol. Le défi architectural est donc colossal ! Les matériaux sont des grès de la région, une pierre composée de sable grossier et de coquilles.

Le grès d'El Jem
Le grès d’El Jem : un colosse construit en sable !

L’utilisation du colisée dans son but initial (jeux de cirque, gladiateurs, chasses) dura environ 2 siècles. Par la suite, le monument a servi de forteresse pour les byzantins, alors pourchassés par les armées arabes (vers 650 ap JC). Un peu plus tard, lors du développement de la ville, les habitants ont utilisé les matériaux issus du colisée : il s’agissait d’une carrière à ciel ouvert où les blocs étaient déjà taillés!
Mais le monument n’a pas été trop détruit. Des fouilles ont ainsi été menées depuis le début du XXème siècle, puis quelques travaux de restauration ont été réalisés, afin de présenter le monument tel qu’il est actuellement.
 

Visite du colisée

Trêves de blabla ! Maintenant que vous êtes dans l’amphithéâtre, il n’y a plus qu’à emprunter les escaliers pour accéder aux gradins ou bien pour descendre dans la fosse aux lions !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La restauration des gradins a rendu au colisée son rôle de salle de spectacle. Ainsi, chaque été depuis 30 ans, le Festival International de Musique Symphonique d’El Jem s’installe dans l’amphithéâtre ! Un rendez-vous incontournable !

Les gradins restaurés du colisée d'El Jem
Les gradins et l’arène restaurés

 
Après le colisée, il faut absolument visiter le musée d’El Jem. Le billet d’entrée au colisée est valable également pour le musée, profitez-en 😉
 

Le musée

Pour rejoindre le musée, c’est facile. Depuis l’esplanade de l’amphithéâtre, prenez la rue qui part sur la droite, la rue de la Grande Mosquée. Un panneau indique le musée. Ensuite, poursuivez le long de cette rue, traversez la route principale et continuez tout droit. Il y a environ 800 mètres. Le musée est installé devant un passage à niveau.

Ce musée est très complet, il comprend des salles d’expositions avec de nombreuses mosaïques, la reconstitution d’une villa romaine et un terrain sur lequel plusieurs villas antiques ont été mises au jour. Il s’agit du 3ème musée le plus riche, après le musée du Bardo à Tunis et le musée de Sousse.

Tout d’abord, le visiteur arrive dans la partie occupée par les vestiges découverts dans la région. Les murs sont tapissés par de nombreuses mosaïques qui mettent en valeur le génie de cet art et rappellent la disparition de certaines espèces animales en 2000 ans.

Mosaïque Tigre attaquant deux onagres exposée à El Jem
La superbe mosaïque « Tigre attaquant deux onagres« 

Les thèmes traités sont d’ailleurs souvent liés au festin et à la beuverie : Silène (symbolisant l’ivresse) et Bacchus (représentant le vin) ont une place importante à El Jem 🙂

Mosaïque La maison de Silène exposée à El Jem
La maison de Silène, représentant l’ivresse au milieu des vignes

Le musée présente également des mosaïques décoratives, à base de diverses formes géométriques. Plus loin, les objets exhumés lors de fouilles à El Jem sont exposés en vitrine. Il s’agit notamment du travail de l’os, pour former par exemple des aiguilles ou des dés. Un atelier de masque mortuaire a également été découvert, dévoilant les croyances de l’époque. Enfin, les grands patios de la villa présentent de nombreuses statues découvertes en ville.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

La Maison d’Africa

La Villa d’Africa se trouve à l’arrière du musée. Il s’agit d’un ensemble de pièces reconstruites à l’identique d’une villa romaine découverte à El Jem. Non seulement le plan de la villa a été respecté, mais les décorations ont également été déplacées et la villa a été reconstruite avec les techniques de l’époque. Ainsi, on se balade dans la maison comme elle existait il y a presque 2000 ans.

Deux mosaïques majeures sont en place : « Africa et les saisons » et « Rome et ses provinces« . Sur ces deux mosaïques, on retrouve Africa, la déesse africaine, et plusieurs symboles qui rappellent son origine. Elle est notamment couverte d’une peau d’éléphant et a les cheveux crépus. Ce sont les seules représentations connues de cette déesse.

La Mosaïque Africa et les saisons dans la maison d'Africa d'El Jem
Africa et les saisons
Mosaïque Rome et ses provinces dans la Maison Africa d'El Jem
Rome et ses provinces

Un circuit permet de découvrir les différentes pièces de la villa et plusieurs panneaux expliquent différents thèmes. On passe notamment dans une salle où le plafond est couvert de tubes. Ce sont en fait de briques creuses qui permettent d’assurer une meilleure isolation.

Toit en briques creuses, pour favoriser l'isolation, dans la reconstitution d'un villa d'El Jem
Toit en briques creuses, pour favoriser l’isolation

La fin de la visite de la villa débouche dans les jardins. En fait, il s’agit de ruines de plusieurs villas romaines, sur une immense surface. Ce terrain a fourni plusieurs mosaïques exposées dans le musée (notamment la Maison du Paon et sa mosaïque décorative en photo ci-dessus). Un cheminement permet de se balader dans ces vestiges, c’est très agréable (sauf si le soleil frappe fort, bien sûr).

Quartier d'habitations romaines d'El Jem
Petite balade dans les ruelles romaines de Thysdrus

 

Le vieil amphithéâtre

Il vous reste un peu de temps? Nous vous proposons alors la rapide visite d’un deuxième amphithéâtre, construit avant le grand colisée.
Depuis le musée, il suffit de traverser la rue puis la voie ferrée, en passant par le passage aménagé bien entendu. Sur la gauche, un chemin s’enfonce dans une butte en friche, sur environ 50 mètres. Au centre, c’est l’arène de l’amphithéâtre !
Malheureusement, la rénovation de ces vestiges n’a pas encore eu lieu. Il faut donc un peu plus d’imagination pour entendre et voir les gladiateurs.

Au coeur du vieil amphitéâtre d'El Jem
Vieux amphitheatre El Jem

 
 

Quelques infos pratiques complémentaires

  • Ouverture des sites tous les jours, de 8h à 17h (septembre/juin) ou de 8h à 18h (juillet/août)
  • L’entrée est à 10 dinars. Le billet est commun pour le colisée et le musée, c’est une bonne chose 🙂 Comme tout site historique, l’entrée est gratuite le 1er dimanche du mois pour les tunisiens.
  • Vous trouverez quelques infos et photos supplémentaires sur le site de mon pote Zaher Kammoun.
  • Idée de week-end dans la région : Kairouan / El Jem / Mahdia / Sousse. Toutes ces villes sont à 1h-1h30 en voiture. Pour dormir, préférez Mahdia ou Sousse 😉

 
A bientôt pour de nouvelles découvertes !
 

Laisser un commentaire