Destination-Tunis
Votre guide gratuit, pour découvrir pour de bon la Vraie Tunisie !

Bonjour à tous !
 
La Tunisie est réputée pour ses nombreux vestiges antiques, notamment d’époque romaine. Dans cet article, nous vous présentons le site de Thuburbo Majus, l’un des 5-6 sites majeurs du pays. Vous pourrez par exemple faire cette visite durant une après-midi, au départ de Tunis. Sur la route du retour, nosu vous conseillons de visiter également les vestiges d’Oudhna ou bien de flâner au Temple des Eaux de Zaghouan.

 

Accès à Thuburbo Majus

  • Depuis Tunis : sortir de Tunis par l’autoroute, puis prendre la direction de Mohammedia, Zaghouan et El Fahs.
    Après avoir traversé l’oued Meliane, la route longe l’aqueduc de Zaghouan/Carthage. Prendre la direction de Bir M’Chergua et El Fahs. Bien vérifier les directions au niveau des ronds-points. Trois kilomètres avant El Fahs, une route tourne à droite en direction du site antique (un grand panneau annonce le site au niveau de ce virage). Encore 1 petit kilomètre et vous êtes arrivés ! Comptez environ 45min de route.
  • Depuis Zaghouan : depuis le centre-ville, prendre la direction de Tunis. Après 5 kilomètres, tourner à gauche et prendre la route jusqu’à El Fahs, soit environ 20 kilomètres. Tourner alors à droite au niveau du passage à niveau et prendre la route en direction de Tunis sur 3 kilomètres. Juste après l’oued, prendre la première route à gauche, puis à droite. Encore 1 petit kilomètre et vous êtes arrivés !
  • Par Sminja : une troisième option consiste à prendre la route passant par Sminja. Pour suivre cet itinéraire, en venant de Tunis, il faut prendre la route de Zaghouan puis tourner à droite après avoir passé la carrière de Jbel Oust. Cette route est déserte, elle traverse les grandes plaines agricoles, au milieu d’anciennes grandes propriétés coloniales. Elle rejoint celle reliant Zaghouan à El Fahs.

 

Les monuments

Le site de Thuburbo Majus se trouve sur le flanc de la colline, au cœur d’un amphithéâtre naturel ouvert vers l’Ouest. Ainsi, il est protégé des crues de l’oued Meliane.

La ville était immense : près de 40 hectares! Mais seulement 1/6ème de la surface a été fouillé. De nombreuses et somptueuses mosaïques ont été exhumées, elles sont exposées actuellement au Musée du Bardo. Il reste encore beaucoup à découvrir, ici, à quelques mètres sous nos pieds…


🙂 Astuces 🙂

  • Pour imprimer le plan, ouvrir ce fichier avec le logiciel GoogleEarth.
  • Cliquez sur les icônes pour faire apparaître le nom des monuments décrits dans cet article.

 
En franchissant l’entrée du site, le visiteur se retrouve face à une colline recouverte de vestiges. Vers la gauche, le Capitole élève ses grandes colonnes. Vers la droite, de nombreuses ruelles existent encore et délimitent ainsi les anciens quartiers d’habitations.

Naturellement, le visiteur est attiré vers un vaste monument, le Capitole.
 

Le Capitole

Le Capitole est installé sur un promontoire à partir duquel il domine toute la ville de Thuburbo Majus. Les ruelles pavées mènent le visiteur directement Capitole, comme il y a 2000 ans.

Le Capitole de Thuburbo Majus, avec des colonnes encore en place
Le Capitole, vu depuis l’entrée du site

Ce monument a été édifié en 168 après JC. Il possède encore 4 colonnes blanches intactes (près de 9 m de haut) qui se dressent dans les cieux. Il est possible de grimper par des escaliers, sur la petite esplanade entourée de colonnes. Vous aurz alors d’une vue (presque) complète du site archéologique.

En montant vers le Capitole, vous remarquerez sans doute une belle dalle issue d’une huilerie, au niveau de la « Maison du Pressoir à huile », logique 🙂

Un pressoir à olives au milieu des vestiges de Thuburbo Majus
Le pressoir

 

Le Forum

Le Forum est adossé au Capitole : il s’agit d’une grande esplanade (50 x 50 mètres environ) qui sépare le Capitole et des quartiers d’habitations. Il n’y a malheureusement pas d’ombre dans ce secteur… En fin de journée, la lumière rasante permet sans doute de magnifiques photos !

Le Forum de Thuburbo Majus, suivi du Capitole
Vue vers le Capitole depuis le Forum

Au nord du Forum, on pourra déambuler au milieu de vestiges en partie recouverts de terre. Ces vestiges sont ceux d’un quartier d’habitations populaires, où de nombreux murets en pierres sèches subsistent.

Plusieurs œuvres sont disséminées au milieu de ses espaces enherbés. Ainsi, vous pourrez admirer cette remarquable sculpture de Pégase :

Dans le Temple de la Paix à Thuburbo Majus, une magnifique gravure de Pégase
Sculpture de Pégase au niveau du Temple de la Paix

 

Le Marché

Il y a , en contrebas du Forum, un vaste espace plat entouré de murs et abrité par plusieurs eucalyptus. Il s’agit du marché. Plusieurs dizaines de boutiques de quelques mètres carrés sont disposées sur le pourtour de cette place. Avec un peu d’imagination, vous entendrez peut-être les vendeurs 🙂

Si vous entendez réellement des voix, il s’agit probablement d’un « guide-berger ». Il vous proposera peut-être de commenter votre visite en échange de quelques dinars. Il proposera également quelques pièces de monnaies et de petits objets qui ne sont pas du tout d’époque romaine… Quoiqu’il en soit, la négociation sous les eucalyptus est très agréable !

Le marché romain de Thuburbo Majus
Le marché de la ville

 

Les Thermes d’hiver

La visite continue vers le sommet de la colline, avec les Thermes d’Hiver. Il existe également des Thermes d’été, situés plus bas sur le site (on y reviendra plus loin). Les Thermes d’hiver ont une superficie de 1600 m², répartis en plusieurs salles modestes. Le sol est encore recouvert de mosaïques aux motifs géométriques variés.
 

Le Temple de Saturne

Ce temple est situé au sommet de la colline. Il est de dimension modeste (10 x 15 mètres environ). Des colonnes ceinturent le terre-plein central du Temple, ce qui permet de visualiser facilement l’organisation du monument. Des archéologues français ont dégagé le temple en 1912 (voir le Compte-Rendu complet des fouilles)

Depuis le Temple, la vue est dégagée vers l’Est et vers le Djebel Zaghouan, posé au milieu de la plaine. Si le ciel est clair, le panorama est magnifique.

Le Temple de Saturne devant la plaine de Zaghouan
Temple de Saturne et Djebel Zaghouan en arrière plan

 

L’amphithéâtre et les citernes

Au sud, un petit chemin se dirige vers l’amphithéâtre. Malheureusement, il n’est pas aussi bien dégagé que celui d’Oudhna. Pour le moment, l’endroit ressemble plus à une vaste dépression dans la colline. Mais on devine tout de même quelques indices : la forme elliptique, des pierres sculptées sur les entrées…

Pour l’alimentation en eau de la ville, des citernes ont été construite juste en contrebas de l’amphithéâtre. Elles sont de taille importante, avec plusieurs mètres de profondeur. Attention à bien surveiller les enfants dans les parages :).

La suite de la visite s’effectue en revenant vers le site.
 

Le Temple et la Porte de Baalat

Après quelques dizaines de mètres de légère descente, on arrive devant le Temple de Baalat. Une porte magnifique permet de rentrer dans le Temple :

L'Arc de Baalat, à l'entrée du temple du même nom
L’Arc de Baalat, à l’entrée du temple du même nom

Plusieurs monuments subsistent dans ce secteur de Thuburbo Majus, notamment l’Enclos des Caelestis, les Thermes d’été. Il y a également des monuments plus récents (comme par exemple les vestiges d’une Eglise Bizantine). Mais l’œil sera vite attiré par un vaste portique suspendu : le Palestre des Petronii.
 

Le Palestre des Petronii

La famille Petronii a offert cet édifice à la ville en 255 après JC. Il s’agit d’un vaste espace sportif. Initialement, l’esplanade était entourée de colonnes supportant une immense portique. De nos jours, le portique existe sur un seul des côtés du monument. Il a en effet été reconstruit lors des travaux de fouille au début du XXème siècle.

Le majestueux portique du Palestre des Petronii. en arrière plan, l'Arc de Baalat.
Le majestueux portique du Palestre des Petronii. en arrière plan, l’Arc de Baalat.

Ce portique est colossal et supporte probablement 20 à 30 tonnes de matériaux. Ne manquez pas d’observer la finesse de la sculpture des châpiteaux :

Chapiteau du Palestre des Petronii à Thuburbo Majus
Un des chapiteaux du portique

 

Les villas

Le chemin continue dans les dédales de ruelles. Il se dirige vers les grandes villas, légèrement en contrebas du reste du site.

Patio de la Maison des Animaux Liés de Thuburbo Majus
Patio de la Maison des Animaux Liés

Ces villas privées sont immenses, jusqu’à 1000 m²! Elles étaient dotées d’une richesse artistique majeure, signe de l’importance de la ville. De nombreuses mosaïques colossales ont été extraites de Thuburbo Majus et sont désormais exposées au Musée du Bardo à Tunis.

Heureusement, il reste encore beaucoup de vestiges. De nombreux pavement de mosaïques sont encore visibles. Certaines forment des motifs géométriques magnifiques.

Mosaïques situées dans les allées de la Maison des Animaux Liés
Revêtement des allées de la Maison des Animaux Liés

 
 
Aux alentours, des buttes de terres surplombent les villas. Ces gravas délimitent l’extension des zones fouillées : tout le reste est encore à découvrir…

Il est temps de finir cette visite. Un dernier coup d’œil en arrière permet d’admirer quasiment l’intégralité des vestiges de Thuburbo Majus ! (cliquez sur l’image pour l’afficher en grand écran)

Vue panoramique sur les vestiges de Thuburbo Majus
Vue panoramique sur les vestiges

 

Quelques infos complémentaires

  • Ouverture du site tous les jours de 8h à 19h (avril/septembre) ou de 9h à 17h (octobre/mars)
  • L’entrée est à 7 dinars. Comme tout site historique, l’entrée pour les tunisiens est gratuite le 1er dimanche du mois. A l’entrée, le bâtiment abrite une belle boutique/bibliothèque, avec de nombreux livres consacrés au patrimoine tunisien. Malheureusement, il n’y a rien sur Thuburbo Majus…
  • Vous pouvez compléter la visite de Thuburbo Majus en vous rendant sur d’autres sites antiques dans cette région, par exemple à Oudhna ou bien au Temple des Eaux de Zaghouan.
  • N’oubliez pas de prévoir une visite au Musée du Bardo à Tunis pour admirer de nombreuses mosaïques extraites de Thuburbo Majus.

 
A bientôt pour de nouvelles découvertes !
 

Cet article a 1 commentaire

Laisser un commentaire