Visite de la médina andalouse de Zaghouan


Bonjour à tous !
 
Les jours de beau temps, depuis Tunis, on voit l’imposant djebel Zaghouan qui se dresse plein Sud, derrière le Boukornine et le Ressas. Il s’agit de la montagne tunisienne offrant le plus fort dénivelé entre sa base et son sommet (1295m d’altitude), où de belles randonnées sont possibles (ascension du Grand Pic, par exemple).

Au pied des falaises du versant nord, la ville de Zaghouan s’est agrandie autour d’une belle médina aux origines romaines et andalouses ; nous allons la découvrir lors du petit circuit présenté ci-dessous.
 

Un peu d’histoire

Les contreforts du Djebel Zaghouan sont habités depuis de nombreux siècles. Les Berbères, les Puniques puis rapidement les Romains se sont en effet installés dans cette région pour capter et utiliser le bien le plus précieux pour toute civilisation : l’eau. En effet, plusieurs sources importantes existent au pied du djebel.

C’est ainsi que les Romains ont construit, vers 130 après JC, l’immense aqueduc reliant la ville antique de Ziqua à Carthage, permettant d’alimenter la capitale en eau. Nous en parlons plus précisément dans cet article et nous y reviendrons un peu plus bas dans ce circuit.

Plus tard, les arabes se sont installés. La ville a subi une évolution majeure à partir de 1609, avec l’installation d’une importante communauté andalouse, chassée d’Espagne (plus d’infos sur l’expulsion des Morisques musulmans). La communauté a importé de nombreux savoir-faire architecturaux, culinaires et artisanaux que l’on retrouve encore de nos jours en parcourant la vieille ville. Enfin, l’époque coloniale, plus récente, a également laissé de nombreux témoignages.
 

Départ de la visite

Pour venir à Zaghouan :

  • Depuis Tunis : prenez la route de Zaghouan, tout simplement (c’est indiqué dès la sortie de Tunis, au niveau de Mourouj et Fouchana). Comptez environ 30 à 40 minutes de route.
  • Depuis Hammamet et Sousse : prenez l’autoroute et sortez à Bou Ficha. Zaghouan est ensuite indiqué sur les panneaux. Compter environ 1 heure depuis l’autoroute.
  • En louage : la gare de louage est située dans la grande rue à proximité de la Porte Romaine, billet à 4 dinars environ. Dans ce cas, nous vous conseillons de marcher environ 200 mètres vers l’Est (la vieille ville sur votre droite) et de débuter la visite directement depuis cette Porte Romaine 🙂 . Vous pouvez également prendre le bus depuis Bab Alioua à Tunis, il y a un départ toutes les heures (site SRTGN), bilet à 3 dinars.

 
Coordonnées géographiques :
36°23’48.59″N
10° 8’40.77″E

Difficulté : Facile

  • Durée : 2 heures, en flânant tranquillement.
  • Ruelles pavées et goudronnées, sans difficulté dans la progression.
  • Technicité : les pavés sont bien nivelés, mais il y a un peu de dénivelé (la médina est installée sur les pentes d’une colline). Prenez donc une paire de chaussure adaptée à la marche, surtout si vous comptez marcher jusqu’au Temple des Eaux 😉

 

Itinéraire de la rando


 
🙂 Astuce 🙂

  • Pour imprimer le plan, ouvrir le fichier suivant avec le logiciel GoogleEarth.
  • En cliquant sur les icônes jaunes, vous faites apparaître le nom des monuments décrits dans cet article.
  • En bleu, la route d’accès au départ de la rando, en vert, le circuit proposé.

 

Description de la rando

Depuis le rond-point central de Zaghouan, où se trouve le Magasin Général, prenez la route qui monte en direction du Temple des Eaux et du Gouvernorat. Après 500 mètres de montée, il y a un nouveau rond-point décoré de mosaïques. A droite, direction le Temple des Eaux. Prenez à gauche, dans la ruelle qui rentre dans la vieille ville.

Garez-vous après 300 mètres environ, au niveau d’une placette pouvant accueillir une dizaine de voitures.
 
Le circuit débute donc depuis cette petite place située sur les hauteurs de la vieille ville. C’est la place de l’Hôpital. L’hôpital n’est plus là, mais le nom est resté. Prenez la rue Sidi Ali Azouz, la principale rue du secteur, dans le sens de la descente.
 

Les fontaines publiques

Parcourez 100 mètres environ dans la ruelle en direction du dôme en tuiles vertes et de l’arcade passant par-dessus la rue.

Le dôme en tuiles vertes recouvrant le mausolée

Le dôme en tuiles vertes recouvrant le mausolée

Juste avant l’arcade, sur la droite (là où se trouve la R5 sur la photo ci-dessus), se trouve la première fontaine publique. L’eau sort d’une gueule de lion encadrée de céramiques multicolores.

La fontaine de la rue Sidi Ali Azouz (Photo Abdo.N)

La fontaine de la rue Sidi Ali Azouz
(Photo Abdo.N)

Zaghouan, installé à proximité des sources, a développé un système d’irrigation ingénieux et original, permettant d’optimiser et de répartir l’usage des eaux aux habitants. Ainsi, plus de 10 fontaines publiques distribuaient l’eau aux coins des rues de la médina. Depuis que l’eau courante est arrivée dans chaque maison, l’utilité des fontaines est moindre. Toutefois, de nombreux zaghouanis ont l’habitude de venir remplir les bidons pour leur usage domestique.

Trois fontaines existent toujours, rue Sidi Ali Azouz, place Rahba et rue du Souk, nous les verrons au cours de la visite. Elles sont ornementées de magnifiques panneaux de céramiques et délivrent toujours une eau potable très rafraîchissante !
 

Le marabout Sidi Ali Azouz

Juste à gauche après l’arcade, franchissez la lourde porte permettant l’accès à un joli couloir voûté. Sur la droite, une école coranique a été installée. Au fond du couloir, tout droit, une porte débouche sur une petite mosquée. Enfin sur la gauche, une porte ouvre sur un patio décoré d’une multitude de céramiques. Il s’agit du mausolée de Sidi Ali Azouz.

Le couloir d'accès au mausolée

Le couloir d’accès au mausolée

Sidi Ali Azouz est un érudit originaire du Maroc. Il s’est installé en 1672 à Zaghouan et y mourut en 1720. Au fil des années, il est devenu le Saint protecteur de la ville. La richesse architectural du mausolée démontre bien l’adoration que peut avoir la population vers Sidi Ali Azouz.

Il existe également un mausolée en l’honneur de Sidi Ali Azouz à Tunis (un de nos circuits dans la médina de Tunis en parle). Ce monument est plutôt dédié à la pensée et à la culture prônées par Sidi Ali Azouz.

Le patio du mausolée

Le patio du mausolée

Dans le patio, une petite fontaine a été installée, permettant de garder de la fraîcheur et assurant un bon entretien. Une grande porte verte marque l’entrée du mausolée. Si elle est fermée, vous pouvez frapper à côté, un gardien viendra vous l’ouvrir.

La richesse architecturale et décorative est immense. Avec céramiques, stucs, vitraux, marbres, tous les arts arabo-andalous sont ici représentés. Au sol, on retrouve les carreaux aile d’hirondelle, noirs et blancs, créant de multiples motifs. Au centre, sous un immense dôme, repose le catafalque supportant le cercueil de Sidi Ali Azouz.

Le catafalque de Sidi Ali Azouz

Le catafalque de Sidi Ali Azouz


 

La Grande Mosquée

En sortant du mausolée, prenez à gauche, toujours dans le sens de la descente. Après quelques dizaines de mètres, vous longerez la Grande Mosquée.

Bon, cette mosquée n’est pas aussi imposante que son nom le laisse penser, mais il s’agit du principal lieu de rendez-vous des pratiquants de la médina. Ses couleurs bleu pastel (même les évacuations d’eau de pluie sont peintes !) sont apaisantes.

La Grande Mosquée

La Grande Mosquée

L’intérieur de la mosquée est également sobre et lumineuse, aux tons pastels.

L'intérieur (photo de mon ami zaghouani Hamda Ghalleb)

L’intérieur (photo de mon ami zaghouani Hamda Ghalleb)


 

La place Rahba

Poursuivez la descente de la rue. En face de vous se dressent presque côte-à-côte un minaret et un clocher. Nous en parlerons dans quelques lignes. Sur la gauche, une porte s’ouvre sur le Café El Andalous. N’hésitez pas à prendre une petite pause dans ce magnifique café typique !

Encore quelques mètres, et vous débouchez sur la place Rahba. Cette place est le centre névralgique de la médina, où plusieurs ruelles convergent et où diverses activités se sont installées : café, fleuriste, quincaillier, vendeurs de pâtisseries, mais aussi le poste de Police Secours (un bon point de repère !).

A l’angle de la rue Sidi Ali Azouz, une nouvelle fontaine est implantée :

La fontaine de la place Rahba

La fontaine de la place Rahba

Juste en dessous de la fontaine, une très belle porte indique le Hammam Essouk. Ce hammam utilisait l’eau distribuée par le réseau municipal, ce qui explique son installation juste à côté de la fontaine. Il est malheureusement fermé depuis quelques années.

Hammam Essouk, sur la place Rahba

Hammam Essouk, sur la place Rahba


 

La mosquée et l’église Errahba

Quittez la place Rahba en passant devant Police Secours puis le café caché sous la verdure. Tournez à gauche puis à droite. Vous arrivez alors sur un promontoire qui domine la ville récente et la plaine agricole de Zaghouan, offrant un joli panorama.

Ce quartier est situé en bordure de la médina arabe. C’est l’ancien quartier colonial : les administrations du protectorat étaient installées ici, notamment les PTT. Ces bâtiments sont facilement reconnaissables à leur architecture.

A l’arrière, voici enfin la mosquée et le clocher d’Errahba. Rapprochez-vous. L’un et l’autre, installés sur un promontoire naturel, dominent la ville moderne de Zaghouan et sont visibles de loin.

L'Eglise et la Mosquée Errahba se cotoient

L’Eglise et la Mosquée Errahba se cotoient

L’église n’est plus utilisée de nos jours. Son entretien serait assuré par la France. Il est possible de rentrer voir l’esplanade et de faire le tour de l’édifice, si le portillon est ouvert. Mais impossible de pénétrer dans l’église. Dans la cour, des bâtiments ont été repris et utilisés comme salle de classe.

Le couple emblématique de Zaghouan, vu depuis la rue Sidi Ali Azouz

Le couple emblématique de Zaghouan, vu depuis la rue Sidi Ali Azouz

 

La porte Romaine

Continuez la ruelle, en laissant l’église à gauche et la mosquée à droite. Cette belle ruelle, fleurie, descend et arrive à la rue du Souk, également nommée rue Habib Bourguiba. Prenez à gauche et longez les boutiques et les snacks.

Après environ 50 mètres, la rue s’élargit. Les chaises et tables d’un café sont installées sur les trottoirs : il s’agit du restaurant Les Sources. Avancez un peu et, sur la droite, prenez l’escalier qui descend. Devant vous, la porte romaine de Zaghouan.

Construite lors de l’époque romaine, cette arche était l’une des entrées de la ville. D’autres arches existaient mais ont aujourd’hui disparu.

La porte romaine ouvrant sur la plaine

La porte romaine ouvrant sur la plaine

Observez en détail la voûte de l’arche, du côté de la plaine. La pierre centrale est gravée, on y voit une tête de chèvre. Il s’agit d’un des symboles de Zaghouan, qui représente l’animal le plus adapté à la région. D’autres signes étaient visibles sur les autres portes, comme l’olivier.

Zoom sur l'arche

Zoom sur l’arche

Actuellement, il y a des travaux de rénovation dans le secteur, pour mettre en valeur ce grand escalier permettant de passer de la ville moderne vers la médina arabe.
 

Les hamams

Passez sous la porte et grimpez l’escalier, pour retrouver la rue du Souk empruntée il y a quelques minutes. Continuez dans cette rue, face à la montagne. Après environ 100 mètres, une ruelle sur la droite monte en direction de la place Rahba. Une nouvelle fontaine est installée à l’angle.

Poursuivez la rue du Souk, à l’horizontal, face au djebel Zaghouan, sur environ 100 mètres. Juste avant une arcade qui surplombe la rue, dans une ruelle qui descend sur la gauche, se trouve le Hamam el Karma. Il est ouvert le matin pour les hommes, et l’après-midi pour les femmes.

Continuez toujours le long de cette rue calme, pendant environ 300 mètres. Juste avant que la rue ne descende sur la gauche, arrêtez-vous devant le Hamam Jdid. Il est sur la droite, sa porte d’entrée bleue entourée de colonnes roses est magnifique.

La porte de Hamam Jdid

La porte de Hamam Jdid

En tunisien, jdid signifie nouveau. Pourtant, ce hamam est le plus ancien de la ville 🙂 En fait, il a pris ce nom après sa rénovation complète suite à un effondrement. Ce hamam est ouvert le matin pour les femmes et l’après-midi pour les hommes. Ainsi, entre le Hamam el Karma et le Hamam Jdid, tout le monde y trouve son compte à n’importe quelle heure de la journée ! Idéal pour un retour de rando par exemple !
 

La mosquée Hanafia

Juste après le hamam, prenez la ruelle qui monte sur la droite. La première porte est en fait la porte qui permettait d’alimenter le four du hamam, lorsque l’eau était chauffée au bois.

Très rapidement, la ruelle rejoint la rue Hedi Chaker, par laquelle la rando a débuté. Mais avant de rejoindre la voiture, il reste encore deux monuments à voir.

Tout d’abord, sur la gauche, en remontant la rue, il y a le mausolée Sidi Saad. Seul le dôme est visible de la rue, l’accès à l’intérieur n’est pas possible actuellement.

Le dôme du mausolée

Le dôme du mausolée

L’autre monument, la mosquée Hanafia, se trouve le long de la rue Hedi Chaker, en descendant un peu en direction du centre ville. Facile à reconnaître par son joli minaret, la mosquée dispose également de belles voûtes en briques rouges.

Le minaret de la mosquée

Le minaret de la mosquée

Les ruelles voûtées entourant la mosquée

Les ruelles voûtées entourant la mosquée


 

Fin de la rando

Juste à côté de la mosquée Hanafia, il y a la place de l’hôpital, où vous aviez laissé le véhicule. Vous remarquerez qu’un des murs de la place possède des panneaux de céramiques : il s’agit d’une ancienne fontaine, aujourd’hui abandonnée.
 

Les kaak warka

Mais avant de partir, un détour s’impose pour acheter quelques kaak warka, la pâtisserie emblématique de Zaghouan.

Il s’agit de pâte d’amande entourée d’une pâte fine, le tout parfumé à l’eau de fleur d’églantier, une autre spécialité de la ville. Le gâteau est succulent, peu sucré. Sa fabrication est artisanale voire familiale. A Zaghouan, chaque famille dispose de son propre atelier de fabrication ou connaît quelqu’un qui « fait les meilleurs de la ville« .

Bon appétit ! (Photo de mon ami zaghouani Meher Melaouhia)

Bon appétit !
(Photo de mon ami zaghouani Meher Melaouhia)

Plusieurs boutiques vendent des kaaks, à proximité de la place Rahba. Vous pourrez également en trouver en frappant aux portes : les fabrications familiales sont annoncées par des petites affichettes devant la porte :

Affichette pour la vente de kaak 'fait maison'

Affichette pour la vente de kaak ‘fait maison’


 

Pour aller plus loin

 
Merci à Hamda, Meher de l’ASEZ et Abdo.N de l’association We Love Zaghouan pour les visites et les multiples infos.
 
Bonne balade !

Retour à la page consacrée aux randonnées urbaines  
 

Vue depuis le cimetière : on reconnaît les monuments évoqués lors de la visite : le mausolée Sidi Ali Azouz et son dôme vert, la Grande Mosquée, la Mosquée Errahba et l'Eglise Errahba

Vue depuis le cimetière : on reconnaît les monuments évoqués lors de la visite : le mausolée Sidi Ali Azouz et son dôme vert, la Grande Mosquée, la Mosquée Errahba et l’Eglise Errahba




Pour aller plus loin
Partager cet article
Print Friendly, PDF & Email

Mots clefs

Sur le même thème
  • Rando dans la médina de Sousse - Partez à la découverte de la magnifique médina de Sousse, classée par l'Unesco. Le circuit emprunte diverses rues et ruelles et permet les visites de plusieurs musées.
  • Randonnée à Sidi Bou Said - Partez à la découverte du magnifique village de Sidi Bou Saïd, ses murs blancs et ses volets bleus, ses palais, ses panorama, son ambiance... Un régal !
  • Randonnée dans la médina de Tunis (côté Ouest et Sud) - Nouvelle rando dans la Médina, cette fois dans le secteur Ouest et Sud de la Kasbah
  • Randonnée dans la médina de Tunis (côté Nord et faubourgs) - Cette rando se déroule dans les faubourgs Nord de la médina de Tunis. Le circuit permet d'aborder de nombreux Palais où s'est écrite l'histoire de Tunisie.
  • Randonnée dans la médina de Tunis (côté Ouest et Nord) - Rando à travers les Palais et grandes demeures de la Médina de Tunis (partie Centre et Nord)

  • A propos Julien

    Créateur et administrateur de ce site, j’en suis logiquement le principal rédacteur. Expatrié durant 2 ans sur Tunis (2008-2010), j’ai eu l’occasion de parcourir en long et en large ce magnifique pays. J’y retourne régulièrement pour y retrouver amis et anciens collègues. J’en profite également pour continuer à découvrir de nouveaux sites. Et il reste encore tellement à faire …


    2 réponses à Visite de la médina andalouse de Zaghouan

    1. Aloui dit :

      Bonjour et merci infiniment Julien, je m’appelle Mehdi, je suis tunisien et guide national de profession d’où mon attention particulière.
      Je trouve le contenu de vos articles tout simplement exquis pour une vraie forme de tourisme. Le tourisme classique qui nous a lassé également, maintenant on essaie d’avoir une nouvelle approche.
      Bref je vous communique l’adresse de ma page Facebook sur l’archéologie tunisienne, peut-être vous nous aiderez à promouvoir son contenu : https://www.facebook.com/archaeologyintunisia/
      Merci infiniment

      • Julien dit :

        Merci Mehdi pour votre commentaire, ça fait plaisir !
        En effet, on le voit, le tourisme classique ne marche plus, il faut développer l’éco-tourisme, l’artisanat, permettant des retomber pour les populations rurales, et permettant de sauvegarder des traditions et produits artisanaux. J’essaie, à ma petite échelle…
        Je vais partager votre page un de ces jours. N’hésitez pas à faire de même avec la mienne 😉
        Julien

    Laisser un commentaire