Le Djebel Bargou est une montagne assez imposante qu’on longe lorsque l’on se rend dans le centre de la Tunisie. Elle recèle de coins encore sauvages et pittoresques. Dans cet article, nous vous proposons un circuit de randonnée sur le djebel Bargou ! Cette rando, qui décrit l’accès au sommet par sa face Est, permet de découvrir le coeur du massif.

Auteur Philippe
Rédigé par Philippe
Voir les 14 articles de Philippe !
logo update Mise à jour le 24 avril 2020

Accès

Depuis Tunis, direction El Fahs, puis Siliana (route P4). Au bout de 40 km environ au niveau du marabout de Sidi Saïd, bifurquer sur la gauche sur la route C171. Parcourir environ 10 km puis prendre à droite direction Aïn Boussadia. On arrive alors au village d’Aïn Boussadia (belle source s’il vient de pleuvoir), puis au hameau de Bhirine.

Temps du trajet
Environ 2h30 de route depuis Tunis.

Coordonnées géographiques
36° 1’46.33″N
9° 37’2.74″E

Difficulté :

  • Durée : 6 à 7 heures
  • Dénivelé : 600 mètres
  • Sentier : permanent
  • Technicité : parcours cabossé, prévoir de bonnes chaussures de randonnée. Au sommet, un vent froid peut souffler : prévoir des vêtements adaptés

Itinéraire de la randonnée sur le djebel Bargou


Description de notre randonnée sur le djebel Bargou

Départ et ascension

Nous avons accompli cette rando avec un guide natif du village, Tijani (voir info en bas de page).
La randonnée commence en suivant un oued, à travers de petits jardins sous les oliviers et les caroubiers, le long d’une falaise en direction du plateau du Bargou.

Terrasses d'oliviers et caroubiers, avec un petit filet d'eau qui les traverse.
Cadre très bucolique!!
Falaise que nous longeons
Escarpement de calcaire péri-récifal

Le plateau

Après environ 1h30 d’ascension, nous atteignons le plateau du Djebel Bargou, au niveau des pics de Lella Zella et de son fils (deux pics rocheux sacralisés). Vous pourrez voir, derrière les deux pics, des marabouts où les gens viennent prier et déposer des bougies.

Le plateau est désertique car on se trouve sur un lapiaz. Ici, l’eau ne ruisselle pas, elle s’infiltre directement. C’est donc très sec, quelques touffes d’herbes arrivent à pousser dans les infractuosités du calcaire.

Plateau désertique du Djebel Bargou
Arrivée sur le plateau du Bargou

Depuis ce plateau, la vue est quasiment panoramique :

  • au sud, nous avons le Djebel Serj,
  • à l’ouest en contrebas, le village de Bargou (anciennement Rogba),
  • et à l’Est, Aïn Boussadia, le versant que nous venons de grimper.

Vous rencontrerez certainement les vaches sauvages, que l’on attrape uniquement au lasso ou au fusil !!! Si vous ne les voyez pas, vous les entendrez sans doute ! Comme lors de la randonnée sur le Fkirine, notamment.

Vaches qui gambadent dans les pierriers
Les fameuses vaches sauvages du Bargou
Village et plaine de Bargou
En bas le village de Bargou (côté Ouest)
Collines ensoleillées
Très belle vue depuis le plateau, sur Aïn Boussadia

Il est conseillé de s’habiller chaudement lorsque l’on arrive sur le plateau. En effet le vent peut souffler violemment et le plafond nuageux peut être très bas! En hiver, nous y avons trouvé 40 cm de neige fraîche !


Descente

Après avoir traversé le plateau vers le Nord, la descente s’impose (déconseillée aux personnes sensibles aux vertiges).

Nous arrivons au pied du Kef El Harmer (rocher rouge). On y trouve une grotte dans laquelle il est possible de pénétrer en rampant sur une vingtaine de mètres. Au fond : une petite salle et quelques concrétions en formation (stalagmites et stalagtites). Plusieurs d’entre elles ont malheureusement été brisées.

Plus bas, surprise : on arrive au niveau de vestiges de l’époque romaine en pleine forêt de chênes verts, d’oliviers et de caroubiers.

Huilerie romaine : pressoir, bac de stockage
Huilerie romaine en pleine forêt

Nous continuons ensuite notre descente par un petit chemin le long duquel il est possible de trouver des fossiles d’oursins, de coquillages, de bulots. Il suffit de bien regarder où l’on marche! Tijani, notre guide est un spécialiste!

Le chemin nous mène enfin au village berbère perché sur un piton rocheux désormais inhabité. Il s’organise autour d’un marabout et d’une mosquée, 7 familles y étaient installées. Les premiers habitants ont quitté le village pour s’installer en 1986 en contrebas, à Bhirine Jdida (= Bhirine Nouveau), les dernières famille l’ont quitté vers la fin des années 1990. De façon générale en Tunisie, de nombreux petits villages de montagne ont subi cet exode vers les plaines.

Certains utilisent désormais les habitations en ruine pour parquer les animaux.

Le marabout, situé sur l'éperon rocheux, au milieu des ruines.
Le village berbère de Bhirine
Les ruines du village
Les ruines du village
Le marabout émergeant des ruines
Le marabout émergeant des ruines

Demandez à Tijani de vous montrer l’ancienne presse à huile d’olive, le chapiteau d’époque romaine et le toboggan d’un genre un peu particulier…

En contre-bas du village, on remarquera l’ancien cimetière et des catacombes, dans lesquelles les villageois plaçaient les squelettes lorsque le cimetière était plein. Il est encore possible d’y voir un crâne et divers os humains!

La randonnée sur le djebel Bargou se termine après environ 6 à 7 heures de marche.


Possibilité d’hébergement

Il est possible de loger au Centre d’accueil Jeunesse et Sport à Ain Boussadia, 5km avant Bhirine (hébergement très satisfaisant pour 10dnt la nuit).


Pour contacter Tijani

  • soit vous le demandez au café de Bhirine,
  • soit vous laissez un commentaire et je vous enverrai son n° de téléphone.

Tijani est un guide très compétent, qui connait le moindre caillou sur sa montagne.
Pour conclure, une belle occasion de pratiquer l’éco-tourisme en Tunisie en sa compagnie 😉


S’abonner
Notifier de
guest

107 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments