Nouvelle plongée dans l’histoire tunisienne. Aujourd’hui, nous vous invitons à découvrir le magnifique site archéologique de Sbeïtla, au cœur du pays.

L’occasion ainsi de vous immerger dans la Tunisie rurale et populaire, tout en découvrant un site exceptionnel !

Auteur Julien
logo update Mise à jour le 26 avril 2020

Pour se rendre à Sbeïtla

  • Depuis Tunis ou Sousse : prenez la direction de Kairouan et poursuivez vers Gafsa. Passez Chebika puis Hajeb el Ayoun et continuez tout droit jusqu’à Sbeïtla. Depuis Tunis, il y a 3h30 de route. En partant de Sousse, 2h30 de route.
  • Depuis Sfax : prenez la route P13 de Menzel Chaker puis Sidi Bouzid. La route contourne Sidi Bouzid et se poursuit jusqu’à Sbeïtla. Environ 2h30 de route.
  • En revenant de Tozeur et Gafsa : prenez la P3 direction le Nord et Kairouan. Entre Bir el Haffey et Jilma, tournez à gauche direction Sbeïtla. Environ 2h de route depuis Gafsa.
  • Depuis Makthar : si vous avez choisi la visite des sites archéologiques de l’ouest tunisien (c’est un excellent choix), prenez la P4 à l’ouest de Makthar direction Rouhia puis tournez à gauche vers Sbiba et Sbeïtla. Environ 1h30 de route.
  • Il y a également des solutions en bus ou en louage depuis la plupart des villes citées, mais vu la distance, c’est un peu l’aventure !

Dirigez-vous vers le centre-ville. Le site archéologique de Sbeïtla se trouve en bordure de route, vous ne devriez donc pas le louper 🙂 Garez-vous sur la gauche devant le petit musée et la billetterie.


Un peu d’histoire

Avant même de vous garer, vous comprendrez l’immensité du site archéologique. Vous longerez d’abord la ville moderne sur la gauche puis la ville antique sur la droite. Au total, plus de 30 hectares ont été clôturés. A l’intérieur de cette surface préservée, les fouilles n’ont concerné que 10% du site! De nombreux vestiges existent également sous la route et la ville actuelle.

Sbeïtla, Sufetula chez les Romains, est de construction plutôt tardive (2ème moitié du 1er siècle). Endommagée par un fort séisme (en 365), la ville a par la suite été volontairement détruite en 647 lors d’une violente bataille entre byzantins (maîtres des lieux) et musulmans, alors en pleine conquête de l’Afrique du Nord. Plus d’infos sur la page Wikipédia 😉

600 ans, vous me direz que c’est finalement assez peu de nos jours pour une grande ville antique ? Pourtant, Sbeïtla fut une ville très prospère d’un point de vue économique, politique et religieux, nous le verrons un peu plus loin.

Par cette histoire assez tardive, Sbeïtla sort un peu de l’ordinaire tunisien : on y retrouve de nombreux vestiges chrétiens (basiliques) et byzantins.

Allez, enfilons nos chaussures de marche et commençons notre visite !


Les monuments du site archéologique de Sbeïtla

Les ruelles antiques

En le remarque rapidement sur le plan ci-dessus, la ville était quadrillée de ruelles passantes. Les villas et boutiques avaient pignon sur rue : l’expression prend tout son sens à Sbeïtla car de nombreux pas de porte existent toujours (voir photo ci-dessous). De nos jours, ce plan est toujours respecté : nous allons visiter le site en empruntant ces ruelles vieilles de bientôt 2000 ans. C’est comme à Dougga, mais ici, c’est plat !

Une des ruelles de Sbeïtla

Les fortins

Vous serez immergés dans la complexité du site archéologique de Sbeïtla dès l’entrée du site. La billetterie est en effet installée le long d’une ancienne villa romaine remodelée en fortin par les byzantins au Vème siècle. Ne traînez pas trop ici : un 2ème fortin est en place un peu plus loin, plus facile d’accès.

Tournez à gauche et marchez 50 mètres dans l’allée principale. Le 2ème fortin est sur votre droite. Vous pourrez grimper sur les dalles et disposer d’une vue panoramique sur l’intérieur de la villa. On le voit tout de suite : c’est confiné et bien fortifié ! Mieux valait ne pas être claustrophobe dans ce fortin 🙂

Une ancienne villa romaine, fortifiée par les Byzantins quelques siècles plus tard.

Eglise des saints Gervais, Protais et Tryphon

Du haut de ce fortin, la vue s’ouvre sur une grande partie du site archéologique de Sbeïtla. Juste devant vous, on retrouve les vestiges de l’Eglise dédiée aux Saint Gervais, Protais et Tryphon. Pour en savoir plus, n’hésitez pas à aller sur ce lien Persee.fr (où vous trouverez de nombreuses illustrations et explications sur cette église).

L’église des saints Gervais, Protais et Tryphon. Au fond, les Temples.

Traversez la ruelle romaine. Sur la gauche, un petit abri surélevé présente un plan du site intéressant pour la suite de la visite. Vous êtes également juste à côté des Petits Thermes où vous trouverez quelques mosaïques ‘aquatiques’.

Le pressoir à huile

Faites quelques pas en arrière pour revenir sur la ruelle. Juste devant vous, collés à l’église vue précédemment, les vestiges d’une huilerie.

Sbeïtla puisait en effet sa richesse des ressources agricoles de la région, et notamment de l’huile d’olive. Un peu moins qu’à El Jem, certes, mais l’industrie était suffisamment puissante pour que de nombreux pressoirs voient le jour. Vous remarquerez que ce pressoir est assez récent dans l’histoire de la cité : il est installé en plein milieu de la ruelle romaine !

Huilerie romaine à Sbeïtla
Au 1er plan, la meule permettait d’écraser l’olive.
Au 2ème plan, les 2 pressoirs assuraient l’extraction de l’huile.

Un petit schéma sur place explique le fonctionnement du pressoir. Il suffit de très peu d’imagination pour voir sortir de l’huile de l’installation 🙂

Les citernes

Reprenez la ruelle après l’huilerie et tournez à droite (vous avez vu les indications au coin de la rue? ). Après une centaine de mètres, vous arriverez devant une nouvelle zone fouillée et restaurée, il s’agit des citernes.

Cette grande excavation maçonnée permettait de stocker une grande quantité d’eau. Cette eau était ensuite distribuée vers des fontaines publiques (il y en a plusieurs sur le site) ou alors vers les habitations.

Il faut savoir que Sbeïtla a été et est toujours au cœur d’une région qui possède de grandes nappes phréatiques. Plusieurs sociétés d’embouteillage de l’eau existent au pied des massifs montagneux du centre de la Tunisie. Et de nos jours, l’eau de Sfax provient toujours de la région de Sbeïtla 😉

Et qui dit citernes, dit … Thermes !

Les Grands Thermes

Juste au dessous des citernes, sur la droite de la ruelle, vous pouvez en effet visiter les Grands Thermes. Pour cela, avancez un peu dans la ruelle en longeant les Thermes puis descendez sur la droite. Un espace s’ouvre entre deux colonnes, c’était l’entrée !

Vous pourrez alors entrer et divaguer dans les différentes structures des Thermes. Le plus impressionnant, c’est le palestre, cette salle à ciel ouvert de 27m x 17 m, ceinturée de colonnes et recouvertes de mosaïques (pas mal d’infos et de chiffres sur le paragraphe Wikipédia)

Le palestre du Grand Therme

Le théâtre

En ressortant des thermes par l’entrée, continuez à descendre la ruelle, vous arriverez au Théâtre !

Et il ne s’agit pas d’une vulgaire ruine. En effet, il a été restauré récemment (2010), il est donc de nouveau fonctionnel. Certes, sans doute un peu trop restauré du côté des gradins… Mais du côté du fronton, les colonnes sont encore en place, offrant une belle vue sur les collines et l’oued en arrière.

De nos jours, il arrive que le théâtre accueille des spectacles. Trop rarement malheureusement, la politique culturelle ayant un peu de difficulté à se développer dans les régions pauvres de l’intérieur du pays.

Le théâtre (photo Zaher Kammoun)

Aller, demi-tour. Remontez la ruelle longeant les Grands Thermes, en direction du Capitole et des Temples. Facile, ce sont les grands monuments au milieu du site.

C’est l’occasion de voir, sur le bord de la ruelle, un de ces multiples pas de porte, donnant sur les villas romaines (pour la plupart non fouillées). Vous remarquerez facilement les entailles dans la pierre, qui permettaient de verrouiller les portes à l’époque 😉

Un pas de porte

Vous arrivez ensuite sous une allée de conifères. Profitez un peu de l’ombre pour voir, sur la droite, 4 piliers de grosses pierres délimitant l’Eglise de Servus. Les vestiges découverts dans cette église (Persee.fr), tout comme son architecture très byzantine, montrent une occupation tardive de ce bâtiment.

Le forum

Continuez sur cette allée, pour enfin arriver au forum. Vous êtes ici au cœur de l’époque romaine du site archéologique de Sbeïtla. Devant vous, l’Arc d’Antonin, permettant l’accès au forum. Cet arc de triomphe a été érigé par ou pour l’Empereur Antonin le Pieux, vers 139 ap JC.

L’Arc d’Antonin, permettant l’accès au forum de Sbeïtla

Grimpez les 4 marches et franchissez la porte : vous êtes dans le Forum! Pour rappel, le forum était, à l’époque romaine, la place centrale de la cité. C’est ici que se déroulait la vie politique et administrative de la ville. Les boutiques se trouvaient juste devant, ajoutant du brouhaha et de l’animation au quartier.

Le forum de Sbeïtla est plutôt classique, comparable à ceux de Dougga ou Thuburbo Majus. Il mesure 37m x 34 m, il est recouvert d’un dallage et ceinturé par une belle série de colonnades.

Le Forum et les Temples

Les Temples de Minerve, Jupiter et Junon

Bon là, si tout va bien, vous êtes en train de faire des photos, et vous allez grimper sur l’un des temples pour le selfie souvenir.

Parlons donc de ces temples 🙂

Ils sont plutôt atypiques. En effet, trois temples sont mitoyens à Sbeïtla, et c’est unique dans le monde romain (avec un autre site en Espagne). Habituellement, un seul temple célèbre les trois divinités.

Sur la gauche, le temps de Minerve, déesse de la guerre. Il s’agit du temple le mieux conservé du trio.

Au centre, le temple de Jupiter, dieu romain qui gouverne la terre et le ciel, ainsi que tous les êtres vivants s’y trouvant (ça fait du boulot !). Pas de marche devant ce temple, on y accédait par les côtés.

Et sur la droite, le temps de Junon, reine des dieux et déesse des mariages. Accessoirement, sœur et épouse de Jupiter…

Le temple de Minerve

Prenez tout de même le temps d’admirer les belles gravures du portique du temple de Minerve, elles sont encore bien après presque 2000 ans !

Les gravures des portiques du temple de Minerve

D’autres vestiges du site archéologique de Sbeïtla

Voila, nous venons de voir les principaux édifices de Sbeïtla. Mais il en reste d’autres, si vous avez du temps.

La cuve baptismale de la basilique de Vitalis

En sortant du forum, prenez sur la gauche et continuez à vous enfoncer dans le parc, en direction de la colline. Après quelques centaines de mètres, sur la droite de la ruelle, vous arriverez devant un vaste espace occupé par le ‘groupe épiscopal’, comprenant les vestiges des basiliques de Bellator et Vitalis (un peu de lecture?)

La basilique de Bellator était le centre religieux de Sbeïtla. Le monument est vaste : 35m x 15m. Sa voisine, la basilique Vitalis, est encore plus grande : 50m x 25m. A son entrée, vous pourrez observer une très belle cuve baptismale, ornementée de superbes mosaïques.

Cuve baptismale de la basilique Vitalis

Vous pouvez continuer à marcher, s’il ne fait pas trop chaud, pour atteindre l’Edifice des Saisons, une immense villa. A côté, le Temple anonyme (c’est son nom !). Je ne suis pas allé aussi loin, pas de photo.

En poursuivant, vers la butte, vous arriverez enfin au niveau de l’amphithéâtre. Malheureusement, il n’a pas encore été fouillé et l’intérêt d’y aller reste limité.

L’arc de triomphe de Dioclétien

Sur le chemin du retour, presque devant la porte de la sortie, restez sur la ruelle et poursuivez le long de l’allée. Au fond, vous arriverez au pied de l’Arc de Dioclétien, il marquait l’entrée de Sbeïtla. Vous l’avez sans doute déjà aperçu en arrivant tout à l’heure par la route.

L’Arc de triomphe Dioclétien à l’entrée de Sbeitla

Le Pont-Aqueduc

Pour alimenter la ville en eau, les romains savaient construire de vastes réseaux hydrauliques. Vous avez visité le Temple des Eaux de Zaghouan? Ici aussi, de grands travaux ont eu lieu. Et pour faire traverser les eaux provenant du Nord, un colossal Pont-Aqueduc a été réalisé par dessus l’oued. Ils sont fous ces romains !

Pour y aller : reprenez la voiture, direction Kasserine (en montant la grande rue bordant le site). Au rond-point, prenez la piste sur la droite, elle longe le site archéologique. Après 6-700 mètres, vous arriverez devant l’aqueduc.

Le solide pont-aqueduc arrivant à Sbeïtla (photo Wikipédia)

Quelques infos pratiques complémentaires

  • Ouverture du site tous les jours de 8h à 19h (avril/septembre) ou de 8h à 17h30 (octobre/mars)
  • L’entrée est à 8 dinars. Comme tout site historique, l’entrée pour les tunisiens est gratuite le 1er dimanche du mois. La billetterie abrite une boutique/bibliothèque et dispose de quelques brochures explicatives.
  • Un petit musée, à côté de la billetterie, permet de voir quelques pièces archéologiques extraites sur le site. Quelques panneaux explicatifs complètent la visite. Rapide !
  • Je vous laisse avec un peu de lecture : Les voies romaines au Nord de Sbeïtla. Ce document montre la richesse archéologique insoupçonnée présente dans les grandes plaines de la région de Sbeïtla. Bonne lecture !
Des céramiques sygillées du musée de Sbeïtla

A bientôt pour de nouvelles découvertes !


Laisser un commentaire