Labib, mascotte de l’environnement
Labib, en famille, le long des routes tunisiennes.

Labib, mascotte de l’environnement

Bonjour à tous !

 

Lorsqu’on voyage en Tunisie, on croise souvent cette statue dans les entrées de ville : je vous présente Labib !

Labib, en famille, le long des routes tunisiennes.
Labib, en famille, le long des routes tunisiennes.

 

Qui est Labib

Labib, en tunisien, veut dire Fenec. Il était l’emblème, jusqu’en 2012, du Ministère de l’Environnement.

Deux raisons pour expliquer le choix de ce petit animal : son côté rieur, filou, pour attirer la sympathie, mais également son côté fouineur, sévère, pour montrer qu’on ne rigole pas avec l’environnement. Le but est de sensibiliser la population au respect de l’environnement, en ne jetant pas les déchets n’importe où.

Du coup, on voit fleurir un peu partout les statuettes de Labib, notamment le long des « Boulevard de l’Environnement » (un dans chaque ville / village !), ou sur des ronds-points. Même si le programme s’est arrêté, on croise encore régulièrement Labib.

Evidemment, ces boulevards sont plutôt propres et très végétalisés. Les dépenses en eau doivent être considérables, allant à l’encontre de la protection de l’environnement recherchée….

 

En réalité

A part çà, Labib a encore beaucoup de travail. En effet, les mentalités ne sont pas encore tournées vers l’écologie, et trop peu vers le respect de la nature. En ville, on voit souvent des tas d’immondices, dans lesquels traînent des chats. En campagne, les sacs plastiques égaillent les haies de figuiers de barbarie. On a souvent du mal à trouver une poubelle. Et lorsqu’on on trouve une, elle déborde régulièrement.

Quand les oueds ne servent pas de dépotoir, d’immenses décharges sont prévues (par exemple à l’ouest de Sousse).

 

Bref, d’énormes efforts doivent être fait pour améliorer la propreté de la Tunisie. D’abord par un travail de développement des structures de gestion des déchets, mais également par une prise de conscience individuelle.
Une nouvelle révolution, culturelle cette fois-ci, est nécessaire !

 
Pour finir sur une meilleure impression :

Un petit fénec
Un petit fénec

 
A bientôt !
 
[retourdivers]

Julien

Créateur et administrateur de ce site, j'en suis logiquement le principal rédacteur. Expatrié durant 2 ans sur Tunis (2008-2010), j'ai eu l'occasion de parcourir en long et en large ce magnifique pays. J'y retourne régulièrement pour y retrouver amis et anciens collègues. J'en profite également pour continuer à découvrir de nouveaux sites. Et il reste encore tellement à faire ...

Cet article a 7 commentaires

  1. bonjour

    c’est un animal sympa et c’est judicieux son choix, d’autant plus il est menace d’extiction chez nous car on a pas encore de structure gouvernementale pour la protection des animaux en tunisie
    et c’est bien dommage!!
    qd a l’education des tunsiens a la proprete reste un gros probleme
    les tunisien prennent tjrs la rue pour une poubelle
    mm s’ils sont propre chez eux
    a mon avis l’education commence a l’ecole et les parents, mais les enfants voient leur parents jetter les ordures n’importe ou alors ils prennent l’exemple
    il faut donc introduire l’ecologie et le respect de la nature dans l’enseignement des jeune- age avant qu’il ne soit trop trad!!

    1. Très bonne réflexion, qui colle parfaitement avec ma conclusion.
      Le travail est long, mais nécessaire. Et, on le dit pas assez souvent, un meilleur respect de la nature, et de bonnes pratiques écologiques, ce sont souvent des économies réalisées…

  2. Bravo pour cet article sur Labib , j’ajouterais que le choix du fennec se base sur le fait que cet animal soit connu pour sa propreté , son lieu de vie est toujours propre.
    En ce qui concerne la protection des animaux c’est en partie le ministère de l’environnement ( actions,sensibilisations…. ) mais principalement le ministère de l’agriculture , direction générale des forêts (légalement ). Nous avons des lois bien clairs , la réglementation de la chasse , de la pêche… les espèces protégées sont bien spécifiées , certaines sont dans des parcs et réserves naturelles . Les gazelles ,l’outarde …. reste toujours le problème de l’application des lois …. c’est des batailles continuent livrées par les associations environnementales tunisiennes , des chasseurs étrangers viennent « braconner » . Les batailles continuent sans arrêt , nous avons besoin d’être plus nombreux …..

  3. Bonsoir, je travail actuellement sur un projet scolaire concernant le respect de l’environnement en Tunisie, la conclusion de votre article ma énormément plue, dans un soucis de droits d’auteurs je vous demande la permission d’empreintes des éléments de votre article . Bien entendu ils seront mis entre guillemet. Merci de me répondre par mail rapidement .

    1. Bonsoir,
      Bien entendu, il n’y a aucun problème pour prendre des éléments de l’article. Avec les guillemets, et si possible un lien si le projet prévoit une petite page Internet.
      Bonne chance pour ce projet 😉

  4. Merci beaucoup, 🙂

Laisser un commentaire

Fermer le menu